Unités de liaison pour l'information

Dans la foulée de l’Enquête nationale sur les femmes et filles autochtones disparues et assassinées, le ministère de la Justice du Canada a sollicité les différents intervenants des provinces en matière de services aux personnes victimes afin de mettre en place des unités de liaison pour l’information à l’intention des familles.

Ces unités ont pour but de guider et d’assister les familles des victimes dans leur recherche d’informations auprès des différents organismes et services concernés. Au Québec, le mandat a été confié au Bureau d’aide aux victimes d’actes criminels (BAVAC) du ministère de la Justice. L’unité agit comme guichet unique d’informations pour les familles des victimes afin d’assurer une liaison entre les organismes et les services. Pour ce faire, elle collabore avec les différents partenaires gouvernementaux (ministère de la Justice du Québec, Directeur des poursuites criminelles et pénales, ministère de la Santé et des Services sociaux, ministère de la Sécurité publique, Bureau du coroner, etc.), communautaires (Centre d’aide aux victimes d’actes criminels, Centres d’amitié autochtone, etc.) et les services de police tant autochtones qu’allochtones. L’unité met de l’avant une approche de sécurisation culturelle basée sur le respect des cultures autochtones et les valeurs d’écoute, d’empathie, de confidentialité et d’inclusion.

Pour accéder aux communiqués de presse et aux documents destinés aux médias de l’UQLIF, veuillez consulter la section médias.